Procédés mnémotechniques

Les Grecs de l’Antiquité avaient mis en évidence

les 3 grands principes de la mémoire :

  • l’exploitation des lieux
  • les images
  • les associations

Ces 3 principes constituent  le fondement de tous les procédés mnémotechniques.  

Ils sont tous basés sur :

  • le renforcement de perceptions,
  • la création d’images
  • la création de sonorités ou de rythmes
  • la création de phrases-clés pour représenter ce qui est abstrait.

Ceci demande une bonne dose d’imagination et de créativité, ce qui n’est pas facile pour tout le monde.

Attention cependant, si vous déconnectez la mémorisation des informations de leur compréhension, vous ne serez pas en mesure de résoudre des problèmes, ni de réfléchir efficacement.

Quelques méthodes mnémotechniques

La méthode des acrostiches (ou des initiales) :

Pour retenir une suite de mots, on fabrique une phrase imagée ou un sigle.

Ex : CQFD = ce qu’il fallait démontrer

La méthode des phrases-clés :

On invente une phrase permettant de fixer les éléments à retenir.

Ex : pour retenir les conjonctions de coordination

Mais où est  Ornicar ?   mais – ou (ou bien) – et – or – ni – car

La méthode des sonorités et des rythmes :

On crée des phrases avec des rythmes ou des sonorités semblables.

Ex : Pour retenir les capitales : « En France …à Paris, j’ai bien ri … Je descends en Espagne … à Madrid, mon assiette est vide… Je vais à gauche, au Portugal et à Lisbonne, la glace est très bonne… Je prends le bateau pour l’Angleterre … à Londres, le tonnerre gronde… »